L'apprentissage agile comme facteur de compétitivité

L'apprentissage agile comme facteur de compétitivité

Les "organisations apprenantes" étaient déjà un sujet de discussion important il y a 20 ans - et elles sont toujours aussi pertinentes. Mais quelles sont les caractéristiques d'une culture d'apprentissage agile? Dans cet article, nous présentons trois facteurs qui ouvrent la voie à l'apprentissage de pointe dans le monde actuel des VUCA.

Les humains sont nés pour apprendre. Aussi impuissants que nous soyons lorsque nous venons au monde, nous passons rapidement d'un bébé dans les bras à un jeune enfant, qui apprend à ramper, à marcher et à parler. Cela implique d'immenses progrès cognitifs pour s'adapter à notre environnement, ce qui nous distingue de toutes les autres espèces. L'apprentissage de l'indépendance peut prendre beaucoup plus de temps, mais cela garantit que les humains peuvent s'adapter aux circonstances actuelles. Notre capacité à apprendre est donc l'une des compétences les plus précieuses que nous possédons en tant qu'êtres humains.

Des cultures d'apprentissage agiles

La plupart du temps, les enfants relèvent de nouveaux défis par le jeu et tentent d'utiliser chaque nouvelle compétence acquise dans des situations de la vie quotidienne. Cependant, à mesure que nous progressons vers l'âge adulte, nous avons malheureusement tendance à perdre cette agilité d'apprentissage. Cela est dû en partie à de nombreuses expériences négatives, allant de méthodes d'enseignement dépassées à l'école à l'absence d'une culture d'apprentissage sur le lieu de travail.

Pourtant, étant donné la volatilité, l'incertitude, la complexité et l'ambiguïté (VUCA) qui façonnent notre société, il est grand temps de dépoussierer notre boîte à outils négligée. Après tout, la formation des travailleurs pour un marché du travail qui reste (à peu près) le même, n'est plus une option.  La réalité est que l'apprentissage, le travail et la création de valeur fusionnent de plus en plus en un seul processus inséparable.  En effet, l'apprentissage est devenu une exigence fondamentale pour les entreprises qui veulent se maintenir au niveau de la concurrence.

Dans cette optique, des entreprises innovantes telles qu'Amazon, Google et Microsoft ont depuis longtemps étendu leur champ d'action au-delà de la simple production de produits. Elles ont reconnu que, notamment en raison des progrès de l'automatisation et de la numérisation, elles doivent elles aussi évoluer en permanence. Cette prise de conscience les a amenées à placer l'apprentissage, l'adaptation et l'amélioration continue des performances au cœur de leur culture d'entreprise. Ce faisant, ils ont assuré leur viabilité future et dépassé des organisations qui, il y a à peine dix ans, figuraient en tête de liste des entreprises les plus précieuses du monde.

Il n'existe pas de machine à mouvement perpétuel. A un moment donné, le concept ou l'idée qui a fait votre succès va s'épuiser. Vous avez donc besoin de nouvelles capacités pour vous lancer à la poursuite de nouveaux concepts. La seule chose qui vous permettra de continuer à développer de nouvelles capacités et à essayer de nouveaux concepts bien avant qu'ils ne deviennent des idées reçues, c'est la culture.

Satya Nadella, PDG de Microsoft, dans un entretien avec Simon London de McKinsey. Source: www.mckinsey.com

Trois facteurs de succès

En examinant la force d'innovation des entreprises susmentionnées, il est possible de distinguer trois facteurs de réussite qui favorisent une culture d'apprentissage agile.

1. L'apprentissage doit être considéré comme un processus social actif, lié à un besoin spécifique

De quoi ont besoin les apprenants, les équipes, l'organisation et les parties prenantes externes? Quelles sont leurs attitudes et leurs réticences? Et à quoi ressemble leur contexte de travail spécifique? Ce n'est que si ces aspects sont mis en évidence que les processus d'apprentissage prendront effet et créeront une valeur durable.

2. L'apprentissage doit conduire à un changement de comportement durable

Comme le dit l'adage - utilisez-le ou perdez-le. C'est pourquoi il n'est pas très judicieux de se contenter d'accumuler des connaissances et de ne rien faire avec. Ce n'est qu'en mettant en pratique ce que nous avons appris que nous pouvons transférer ces connaissances dans nos activités quotidiennes et provoquer un changement à long terme de notre comportement.

3. L'apprentissage façonne la culture de l'apprentissage, qui à son tour façonne la culture organisationnelle

Les cultures d'apprentissage et d'organisation sont comme des ombres. Nous ne pouvons les influencer qu'indirectement par nos actions. Pour instaurer une culture d'apprentissage positive, les entreprises doivent donc consciemment et systématiquement soutenir l'apprentissage. Si elles le font, il y a de bonnes chances qu'une culture organisationnelle de l'apprentissage finisse par prendre forme.

Il est clair que seules les entreprises dotées d'une culture d'apprentissage agile seront équipées pour relever les défis du monde VUCA. Pourtant, celles qui se concentrent sur le respect des exigences, le transfert des connaissances et la création d'une culture organisationnelle seront les mieux placées pour s'assurer que leur personnel sera toujours en mesure de créer une valeur ajoutée à l'avenir.